«

»

Connaissez-vous bien les risques à bloguer dans le domaine de la santé ?

 

De nos jours, l’utilisation d’Internet pour chercher une information médicale est devenue habituelle.

On peut vouloir chercher des informations concernant la santé, sur Internet, pour plusieurs raisons :

  • Soi-même ou un proche est malade. On recherche des info sur la pathologie et/ou du soutien auprès d’une communauté de malades
  • On présente des troubles que l’on souhaite expliquer, mais aussi savoir si y a urgence à contacter son médecin ou bien si cela peut attendre, voire même se guérir tout seul
  • On recherche une aide à l’auto diagnostic et au traitement de ce qu’on peut appeler de la « bobologie » (maux fréquents du quotidien).

 

Il est tentant pour l’internaute de chercher à s’auto médicaliser.

L’auto médication présente divers avantages : le coût pour la personne malade qui souhaite pouvoir éviter des dépenses santé inutiles, pour les cabinets de médecins généralistes (éviter les consultations pour de la « bobologie » qui pourrait être traitée sans eux), accroître le rôle de conseiller du pharmacien (à condition que les patients préfèrent   appeler le pharmacien plutôt que de rechercher les info par Internet

 

Les dangers de préférer trouver des conseils sur la toile sont multiples.

L’internaute peut mal évalué la gravité des troubles ressentis et ainsi passer à côté d’une urgence.

Sur la toile, toutes les informations ne sont pas sérieuses et fiables. L’internaute ne sait pas toujours reconnaître un site internet sérieux d’un blog présentant des conseils et remèdes farfelus émanant de charlatans ou de « gourous de la santé ». Il peut alors devenir une victime de dérives sectaires qui en veulent à leur argent (escroqueries) et mettent leur santé en jeu (aggravation de leur état de santé, décès). Dans le cas où la personne malade a été amenée à cesser son traitement, il est possible, dans certains cas de recourir à la notion de « perte de chance ».

Le Blogueur, qui est à l’origine du site mis en cause, peut engager sa responsabilité civile et/ou pénale dans le cas où la victime peut démontrer que les actes réalisés peuvent être qualifiés d’actes relevant du monopole du médecin et ainsi se voir être poursuivi pour exercice illégal de la médecine.

Sans le cas où il possède le titre de médecin et qu’il est inscrit à l’Ordre des médecins, il peut également se voir être condamné sur le plan disciplinaire, dans le cas où les actes prohibés relèvent du charlatanisme, voire aussi de l’exercice illégal de la pharmacie (vente de remèdes) ou bien qu’une mauvaise interprétation des conseils fournis sur son blog personnel a conduit à des conséquences sur la santé de l’internaute.

 

Selon vous, quelles sont les infractions susceptibles d’être retenues à l’encontre d’un blogueur ?

 

 

 

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Elisabeth

    Bonjour Chrystèle

    Et si on raconte sous forme « littéraire » des histoires ou des témoignages de personnes qui ont réussi à se guérir de telle ou telle maladie grâce à une méthode pas conventionnelle, alors que la médecine classique
    leur avait ôté tout espoir, est-ce « risqué » ?

    Merci

    Elisabeth

    1. Chrystèle Bourély

      Bonsoir
      Non, si cela reste des témoignages.
      Par contre, mieux vaut éviter de présenter la méthode comme pouvant permettre de réussir à tout le monde.
      Ajouter un PS sous le témoignage en précisant que ce qui a réussi à cette personne n’est pas garanti réussir à tout le monde serait une bonne chose pour se dégager de toute responsabilité éventuelle.

      1. Elisabeth

        Merci Chrystèle pour ce dernier conseil !

        Il est vrai que je mets parfois l’accent sur ce point mais pas systématiquement.

        Je vais y veiller au moins pour mes articles futurs, en attendant d’avoir le temps de m’occuper des anciens.

        Elisabeth

        1. Chrystèle Bourély

          Bonsoir Elisabeth
          Je viens de finaliser une courte formation spécifique pour aider les blogueurs du secteur santé (les 2 prochaines seront destinées aux blogueurs médecins (pour leur décrire les recommandations formulées par le conseil de l’ordre) et une pour les internautes pour les aider à trouver les info fiables et sérieuses sur internet et à se protéger des gourous de la santé.
          A ma connaissance ça n’existe encore nulle part !
          Je vais être sans mon ordinateur dans les prochains jours car je dois relplacer mon disque dur actuel qui est défaillant !
          Si jamais tu as des questions précises que je pourrais ajouter ..
          Je donnerais le plan de la formation dans un prochain article … elle va contenir mes conseils pour la rédaction d’une page avertissement et une liste des infractions encourues avec des exemples d condamnations.
          Pour le moment très peu d’exemples dans le blogging !
          Chrystèle

  2. Avocat Charleroi

    Pour communiquer aux internautes des informations médicales correctes, précises et bien fondées, il est important que le blogueur vérifie les données qu’il publie auprès d’un professionnel de la santé, voire un médecin, un chirurgien ou un pharmacien. En outre il est obligatoire de citer sa source et de bien noté que ces informations sont générales et que pour un pronostic exact, il faut consulter un médecin.

    1. Chrystèle Bourély

      Bonjour
      Je crois qu’en pratique, ce soit rarement le cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
(old) Le remède anti-arnaque : s’informer avant de payer

** Cet article fait suite à celui d'hier, sur les escrocs de tous poils ** Pour ne pas se faire...

Fermer